Le républicain

Samedi dernier en fin de journée, le rideau est tombé sur la 5ème édition du forum international sur la vie et l’œuvre de Kateb Yacine qui s’est déroulé du 15 au 18 janvier sous le thème « Kateb Yacine, Langue, Art et Révolution ». Dirigés par un comité scientifique présidé par le Tunisien Mansour M’henni poète et professeur à l’université El Manar de Tunis, les travaux de cette rencontre dimensionnelle qui a regroupé un grand nombre de chercheurs de rang doctoral ont apporté une plus value aux éditions précédentes, fait saillant de la manifestation s’agissant de la création d’un « centre katébien de communication » et de recherche. « Cet espace culturel d’après des sources bien informées portera le nom de l’auteur de  Nedjma et sera un large champ pour rassembler tous les chercheurs du monde sur l’œuvre katébienne qui par sa profondeur culturelle et académique est devenue un patrimoine incontournable de la littérature nationale et maghrébine et a répandu au cœur du monde le verbe de son auteur pour devenir une universalité incontestable qualifiée de modèle générateur ouvrant des horizons immenses. L’étape conclusive de ce grand rendez-vous rehaussé par la présence de son Excellence l’ambassadrice d’Autriche en Algérie qui accompagnait le wali de Guelma au protocole de clôture des travaux s’est déroulée dans  une ambiance festive et a été marquée par la remise des prix institués part la présente édition. Le prix spécial du Jury qui récompense le meilleur travail de recherche sur la littérature maghrébine a été décerné à Benamar Mediene professeur des universités, écrivain spécialiste de Kateb Yacine qui a « lâché » au moment de recevoir la distinction « Kateb m’a appris à lire les secrets du monde ». Le  Prix Kateb Yacine du roman est revenu à Mansour M’henni professeur à l’université El Manar de Tunis pour sa dernière livraison intitulée « La nuit des mille et une nuits » qui n’a pas manqué de manifester sa reconnaissance à l’égard de la composante du forum pour la réélection à la tête du Comité scientifique. Tous les participants ont été gratifiés d’une attestation d’honneur et le dernier mot a été dédié à Jacqueline Arnault à qui un hommage à titre posthume a été rendu pour avoir consacré sa thèse de doctorat à la littérature algérienne d’expression française notamment le cas Kateb Yacine. Patrick Voisin professeur de chaire supérieure aux ENS de Paris et Lyon et participant au forum a été chargé de remettre la distinction décernée à la mairie de Grenoble d’où est originaire la défunte.

Salah Chiahi